Printemps noir

Témoignages Biographie

« Je suis né quelques jours après la fin de la révolution, le 29 janvier. Fidel Castro et les barbudos venaient de renverser le dictateur Batista… »
Alejandro González Raga est un Cubain comme les autres, un enfant de la révolution. Il étudiera même dans des écoles militaires et sera donc abreuvé à satiété de propagande castriste.
Mais le jeune homme aime le rock and roll et, sans doute plus que d’autres, souffre des conditions de vie imposées sur la grande île : surveillance permanente, liberté de mouvement entravée et contrôlée.
Il se met donc à écrire des articles et à militer dans des partis politiques demandant le rétablissement de la démocratie.
C’en est trop pour le régime qui déclenche en mars 2003 l’opération Printemps Noir et arrête ses opposants les plus gênants.
Alejandro ne sortira de prison qu’en 2008, suite aux tractations de l’Union Européenne et de l’église cubaine et grâce au soutien d’organisations telles que Reporters sans frontières et Amnesty International.

Note globale - 0
Les experts - 0
Membres - 0
Collection
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
Printemps noir édition simple
Terminée en 1 tomes

Printemps noir simple

La boîte à bulles - Contre-coeur

Dernière critique tome du staff
Printemps noir 7

Printemps noir

Maxence Emery nous présente ici Alejandro Gonzalez Raga, un des 75 dissidents cubains à avoir été arrêté puis condamné à une peine très lourde de prison par le régime castriste au cours du printemps 2003, dit "printemps noir". Loin de pointer l'objectif sur l'unique sort qui leur fut réservé en prison, l'auteur choisit ici de tout reprendre depuis le début, depuis l'enfance, au sortir de la Révolu...

Lire la critique de Printemps noir

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Commentaires (0)
Laissez un commentaire