Ayako - L'Enfant de la Nuit

historique drame

Transposée dans des temps plus modernes, la terrible histoire d’Ayako résonne toujours de manière aussi cruelle. Une version remaniée avec brio par le mangaka Kubu Kurin.

Ayako - L'Enfant de la Nuit
Note globale 6,43 16
Les experts 5,80 5
Membres 6,64 11
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
Ayako - L'Enfant de la Nuit édition simple
Terminée en 3 tomes
Dernière critique tome du staff
Ayako - L'Enfant de la Nuit T.3 4

Ayako - L'Enfant de la Nuit T.3

Ce troisième et dernier tome de cette série touche à sa fin.Il est dans la droite lignée des deux précédents tomes : les corps sont dégoulinants de sueur, sans raison apparente, les visages, notamment de profil, sont très mal dessinés, les jeunes filles sont représentées dans des positions lassives et tout est prétexte à montrer les petites culottes, parfois même dans des angles qui sont vraiment ...

Lire la critique de Ayako - L'Enfant de la Nuit T.3

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Dans l'actu
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre
Aetaluta

Manga-Art

EdenA

Bahal

arkio

Celes-Kalk

Tabouzouzouré

Setsuna Mudo

yunfa46

Rasalghul

Commentaires (1)
  • Je trouve les critiques du staff assez dur aussi je vais défendre ce manga qui est le premier que j'ai jamais acheté.

    J'ai tout d'abord découvert ce titre dans le volume 1 de Tezucomi et j'ai tout de suite été pris dans cette histoire. J'ai ensuite lu l'original donc je peux faire une comparaison.

    L'histoire originale est dramatique de par son contexte historique et culturel du japon ancestral et d'après-guerre. Les hommes sont souvent lâches et abusent du système patriarcal. Les femmes sont décrites comme soumises ou simples d'esprit qui n'arriveront jamais à s'émanciper. Il y a beaucoup de films de Kurosawa, Kinoshita, Naruse qui font la même peinture de l'époque dans les années 60. L'originale est franchement dans le drame et on a du mal à trouver de l'espoir.

    Lorsqu'on fait une nouvelle interprétation, il ne faut pas s'attendre à une reprise fidèle du scénario sinon il n'y a aucun intérêt. Cette nouvelle interprétation apporte les différences suivantes :
    - les jeunes idéalistes sont devenus des magouilleurs qui essaient de profiter du système
    - les femmes soumises aux désirs des hommes utilisent maintenant leur corps pour obtenir ce qu'elles veulent
    - le grand contexte historique s'efface dans les temps modernes au profit d'une histoire plus personnelle, plus à l'air du temps, entre Jin et Ryoko
    - Oryo dans l'originale et Ryoko dans cette version dont l'affection pour Ayako la rend beaucoup plus lumineuse et donne de l'espoir pour le futur (quoique je pense qu'elle sera la nouvelle brebis innocente de l'histoire)
    - Meme le personnage de Jin me parait plus sympathique et rempli d'une certaine promesse, car comme le dit l'auteur de cette nouvelle version, le thème de la promesse en est le centre.

    En tout cas, c'est le premier manga qui m'a fait le relire et surtout faire attention aux détails des dessins, des situations. Chacun jugera selon ses préférences le rendu beaucoup plus érotisant des femmes et la gratuité de certains dessins, j'ai trouvé que la majorité avait du sens.

    Ce manga n'a pas la vocation à remplacer l'original. Après sa lecture, je me suis surpris à m'attacher aux personnages et attends vraiment à connaitre leur destin. Il faut lui donner sa chance.

Laissez un commentaire