La fin du monde en trinquant

Humour aventure

1774. Eminent astronome oeuvrant sous le règne de l’impératrice Catherine II de Russie, Nikita Petrovitch est un cochon irascible et peu amène. Contraint de prendre sous son aile Ivan, un chien fou aussi idiot que maladroit, Nikita fait une terrible découverte à travers son télescope : une comète de grande taille menace de percuter la Sibérie, pouvant faire des milliers de victimes… Méprisé par la cour impériale, le vieux cochon emmène avec lui le jeune chien pour un grand voyage au secours des habitants ignorants de la menace. Mais rien ne se passe comme prévu, et voici le duo kidnappé par une horde de bandits déterminés à monnayer la libération de leurs prisonniers… Cruautés, rires et sentiments se mêlent avec subtilité et intelligence dans ce nouveau récit « à la russe » de Jean-Paul Krassinsky, observateur toujours amusé des errements et de la nature paradoxale des hommes...

Note globale 8,50 2
Les experts 7,00 1
Membres 10,00 1
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
La fin du monde en trinquant édition simple
Terminée en 1 tomes
Dernière critique tome du staff
La fin du monde en trinquant 7

La fin du monde en trinquant

J'avais adoré "Le crépuscule des idiots" du même auteur, mais cet album m'a un peu déçue en comparaison. Si ses graphismes sont toujours aussi superbes, j'ai eu plus de mal à adhérer à cette histoire de météorite devant atterrir en Sibérie. Bien sûr, j'ai pensé à l'impact de la Toungouska mais il a eu lieu début XXe siècle et pas sous Catherine II de Russie.L'usage de personnages animaliers me per...

Lire la critique de La fin du monde en trinquant

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre
Blacksheep

ginevra

Commentaires (0)
Laissez un commentaire