Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse

historique

De l’esclavage à la plus haute position politique à laquelle une femme pouvait prétendre dans la Turquie du XVIe siècle, Roxelane est le symbole d’une ambition dévorante et d’une force hors du commun.
L’empire Ottoman est l’un des plus puissants du monde et Soliman le Magnifique le seigneur de cet empire. À Istanbul, au coeur du palais de Topkapi, dans le harem du Padichah, la sultane règne sans partage sur les recluses dévouées à assouvir les plaisirs du sultan. Roxelane, l’esclave ukrainienne au sourire enjôleur, affute ses charmes et sa fine intelligence pour conquérir le coeur de ce sultan.

Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse
Note globale 7,50 2
Les experts - 0
Membres 7,50 2
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse édition simple
2 / 1 - en cours

Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse simple

delcourt bd - Histoire et histoire

Extrait
Dernière critique tome du staff
Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse T.1 6

Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse T.1

Roxelane est une esclave, confinée au harem du sultan Soliman le Magnifique.Elle décide de s’attirer les faveurs du sultan et de devenir sa favorite.Douée d’intelligence et de machiavélisme, elle se lance dans l’étude des langues et ouvrages de la patrie du sultan, tout en œuvrant dans l’ombre à sa reconnaissance et à la disgrâce des personnes et obstacles qui se dressent sur sa route.Une nouvelle...

Lire la critique de Les reines de sang - Roxelane, la joyeuse T.1

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Dans l'actu
Sorties BD du 17/03/2021
Manga

Sorties BD du 17/03/2021

mer. 17 mars 2021

Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre
barbichu

Stefou39

Commentaires (0)
Laissez un commentaire