Osamu Tezuka 8 films

8 court métrages, dont : LA LEGENDE DE LA FORET (1988 - 30 mn) Acte 1 : Conversation entre les arbres de la forêt. Une famille d'écureuils volants vit à l intérieur d un vieil arbre. Des petits viennent de naître : au grand désespoir de ses parents, l'un d'entre eux tombe du nid. Il survit et devient un jeune écureuil au caractère vagabond et fantaisiste. Il apprend la vie sous nos yeux et doit se confronter à la folie destructrice d un bûcheron... Acte 2 : Sur la colline de l'orage et de l'arc-en-ciel. Des bulldozers pénètrent dans la forêt pour la défricher.Terrorisés, les animaux, les elfes et les lutins s'enfuient. Tous se concertent. Finalement, un petit groupe de lutins, armé d une fleur magique, va négocier la préservation d'une petite partie de la forêt. Sans succès. Mais la fleur est replantée : un jardin luxuriant va prendre vie... LA SIRENE (1964 - 8 mn) Une jeune sirène et un pêcheur tombent amoureux. Leur passion les entraîne dans des mondes merveilleux. Mais, bien vite, la jalousie des hommes devient une entrave à leur idylle... LA GOUTTE (1965 - 4 mn) Un marin en perdition sur un radeau de pacotille meurt de soif. Quelques gouttes d eau suspendues à son mât de fortune sont sa seule espérance ... LE FILM CASSE (1985 - 6 mn) Imaginez le tout premier film d animation jamais créé. Nous sommes en 1885, aux Etats-Unis, parmi des pionniers partis à la conquête de l Ouest. Un vrai Western avec aventure, action, romance et humour. Imaginez aussi la pellicule rayée, vieillie, qui casse, laissant les personnages se balader d un cadre à l autre... LE SAUT (1984 - 6 mn) Une caméra subjective suit les bonds d un personnage qui, ayant commencé à sauter, ne peut plus s arrêter... HISTOIRES DU COIN DE LA RUE (1962 - 36 mn) Un ours en peluche dans une gouttière, un réverbère dans la rue, des affiches publicitaires, autant d objets inanimés auxquels Osamu Tezuka s empresse de donner vie. TABLEAUX D'UNE EXPOSITION (1966 - 37 mn) Visite dans une galerie de peintures où les tableaux s animent avec humour au gré de la suite musicale de Moussorgsky... AUTOPORTRAIT (1988 - 13 s) Dernière oeuvre expérimentale où Osamu Tezuka utilise son propre visage comme dans un scopitone.

Note globale 8,17 12
Sanctuary - 0
Membres 8,17 12
Collection
Acheter
Les éditions Toutes les éditions

Osamu Tezuka 8 films SIMPLE

Les films du paradoxe

Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Osamu Tezuka 8 films

En dehors du "Saut", je n'ai pas accroché à ces petits films. La performance technique de Tezuka pour l'époque ne sera surement apprécié que des plus exper...

Lire la suite

Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Dernières activités des membres sur cette oeuvre

Commentaires (0)
Laissez un commentaire