La sainte trinité

Humour aventure

Deux hommes à l’allure de Don Quichotte et Sancho Pancha errent dans un désert. Ils sont visiblement exténués, quasiment morts de soif. Ce qui n’est pas s’en créer certaines tensions entre eux.
Don Cordoba Igual de la Vilarubias, seigneur des Astramour et Grand d’Espagne reproche à son valet Zangra de ne plus rien avoir à boire. De son côté, Zangra en veut beaucoup à son maître d’avoir dû sacrifier sa vieille mule pour la manger (mais c’était elle ou lui). Et de se disputer pour savoir ce qu’est le pire : la soif ou la faim ?
La conversation des deux bougres s’élèvent d’un cran dès lors qu’il s’agit de religion. Comment un pauvre valet juif peut-il comprendre un seigneur chrétien ? Mais est-ce bien raisonnable de parler sur ce ton à un fils du peuple élu ? « Je pisse au cul de Saint-Augustin » « Mécréant ! Fistule ! Gazpacho ! Il te jugera ! »

L’arrivée de Cahouet, un marchand ambulant de glaces sonne comme un miracle. Miracle à monnayer, car sans argent, pas de boisson. Et qui plus est, le commerçant est Mahométan.
« Je suis richissime, je tutoie le roi d’Espagne, mon valet et moi-même avons très soif alors donne nous de la boisson !
- Tututu ! Moi aussi je tutoie le roi vu que je ne le rencontre jamais… Permettez, mes seigneurs, mais comment vous croire, votre mine est si piteuse… »

Note globale 8,00 1
Les experts 8,00 1
Membres - 0
Collection Envie Critique
Acheter
Les éditions Toutes les éditions
La sainte trinité édition simple
Terminée en 1 tomes
Dernières critiques des membres Rédiger une critique
Vous pourriez aimer

Si vous connaissez cette oeuvre, n'hésitez pas à en proposer des similaires, même si elles sont déjà présentes ci-dessous. Les suggestions sont classées par nombre de votes pour que le système soit le plus efficace possible.

Commentaires (0)
Laissez un commentaire